- Mouvement national des précaires de l'Éducation Nationale -

- Mouvement  national des  précaires de  l'Éducation Nationale -

- Annualisation

Pas d'annualisation possible pour les CAE/CUI ! Annualisation illégale pour les AESH de droit public tous établissements confondus du privé et du public

En quoi consiste l'annualisation du temps de travail ?

Si la charge de travail d'une entreprise est soutenue pendant certains mois de l'année, le salarié peut être amené à travailler de façon plus intense pendant ces périodes. Le reste du temps, son emploi du temps est allégé. Ce système s'appelle l'annualisation du temps de travail. Encadrée par la loi, elle n'est applicable que sous certaines conditions et après accord collectif.

Comment est mise en place l'annualisation du temps de travail ?
Dans un premier temps, cette mise en place ne doit pas concerner un collaborateur mais un service ou une équipe entière. L'employeur doit consulter les représentants du personnel, quelles que soient leurs formes (comité d'entreprise, délégué du personnel....). Un accord collectif ou une convention peuvent alors être rédigés si les deux s'entendent sur la mise en place de l'annualisation du temps de travail. À titre informatif, il fera passer le nouveau planning à l'inspecteur du travail. Chaque salarié concerné devra être tenu au courant de la procédure.
S'il y a des changements exceptionnels dans son emploi du temps, l'employeur dispose d'un délai de 7 jours ouvrés pour l'en informer. Il y a une possibilité de lisser la rémunération sur 12 mois pour que le collaborateur puisse percevoir un salaire identique chaque mois. Dans le cas d'absences, un ajustement s'opérera à la fin de la période.
Quel calcul pour l'annualisation du temps de travail ?
Le décompte de la durée du travail prend en compte une année civile. Pour un salarié travaillant 35 heures par semaine, cela signifie que la base annuelle est de 1586,55 heures soit 365 jours moins 52 jours de repos, 11 jours fériés, 30 jours de congés payés soit 272 jours ouvrables. Au cours d'une même semaine, la durée du travail ne peut pas dépasser 48 heures.

L'annualisation peut être appliquée au sein des établissements après information et consultation du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel...

En l'absence de comité d'entreprise ou de délégués du personnel, les établissements pourront recourir à ce mode d'aménagement du temps de travail soit en utilisant le mandatement syndical, soit après information et consultation préalable des salariés concernés !

L'annualisation est établie selon une programmation indicative devant faire l'objet d'une consultation préalable du comité d'entreprise ou d'établissement, ou des délégués du personnel, ainsi que d'un affichage sur les tableaux de la direction.

Cette programmation pourra faire l'objet d'adaptations lors des réunions de ces instances.

Toute modification ultérieure à l'initiative de la direction, nécessitée par des raisons exceptionnelles, doit être notifiée au moins trois jours ouvrables avant aux salariés.

En l'absence de représentants du personnel, le calendrier prévisionnel est porté à la connaissance des salariés par voie d'affichage. Toute modification ultérieure peut intervenir moyennant un délai de prévenance de 7 jours ouvrables au moins.

•• Sources >>>

•• Et voir aussi annualisation interdite >>>


Trop nombreuses/nombreux sont les AESH, AVS et EVS qui comparent leurs conditions d'emploi et de rémunération avec ceux des enseignants !  Elles/ils sont dans la méconnaissance complète des droits de chacun des métiers !

Et chez les enseignants du second degré ? Chez les professeurs des écoles et instits d'enseignements adaptés ? Pas d'annualisation !

Ce que dit le décret sur les enseignants du secondaire : L'article 2 fixe les services des enseignants. Pour le Snes, cet article "place nos métiers à l'abri de toute annualisation". Le fait que le service soit défini hebdomadairement sur l'année scolaire exclut le travail sur les congés payés. Autrement dit, les enseignants gardent un statut particulier dans la fonction publique, les autres fonctionnaires étant annualisés. Il n'y a aucun changement dans les services hebdomadaires. Dorénavant, toute heure effectuée devant élève compte pour une heure d'enseignement. Il n'y a plus de majoration de service pour effectif faible. Sources >>>

I. - Un service d'enseignement dont les maxima hebdomadaires sont les suivants :
1° Professeurs agrégés : quinze heures ;
2° Professeurs agrégés de la discipline d'éducation physique et sportive : dix-sept heures ;
3° Professeurs certifiés, adjoints d'enseignement et professeurs de lycée professionnel : dix-huit heures ;
4° Professeurs d'éducation physique et sportive, chargés d'enseignement d'éducation physique et sportive et adjoints d'enseignement d'éducation physique et sportive : vingt heures ;
5° Instituteurs et professeurs des écoles exerçant dans les établissements régionaux d'enseignement adapté, dans les sections d'enseignement général et professionnel adapté des collèges et dans les unités localisées pour l'inclusion scolaire : vingt et une heures.

•• Le décret >>>

•• Communiqué de Solidaires et de SUD à lire attentivement et en entier concernant le refus d'annualisation par les enseignant-e-s ! >>>


 Et chez les enseignants du premier degré ? Annualisation du service seulement à temps partiel !

VI - Répartition et quotité de travail

D’une manière générale, l’intérêt des élèves implique une continuité pédagogique, ce qui conduit à recommander, surtout pour ce qui concerne les services dans le premier degré, de s’en tenir à une seule alternance dans l’année, soit une période travaillée et une période non travaillée, soit la formule inverse.
Pour les mêmes motifs, il serait très opportun que pendant la période travaillée le service soit accompli à temps complet.
Dans ce cadre, les personnels ont la possibilité, dans le respect des nécessités du service, de choisir de commencer l’année scolaire par une période travaillée. Ils peuvent également organiser leur temps partiel en débutant par une période non travaillée.

•• En savoir plus >>>


Les nouveaux contrats AESH

(Accompagnants d’Élèves en Situation de Handicap)

à peine signés, déjà des illégalités...

Ces contrats remplacent les contrats AED pour les AVS de droit public depuis le 27 juin. Les contrats CAE/CUI continuent d’exister en parallèle : toujours différents contrats, donc différents horaires et salaires, pour le même boulot...
Les contrats AESH de droit public sont des contrats de 804 heures
annualisés, à mi-temps, ce qui est généralement toujours le cas. Le décret précise que le travail se répartit entre 39 et 45 semaines, c’est là que ça se corse : comme les établissements ne sont ouverts aux élèves que 36 semaines, l’administration demande à ces personnes d’annualiser les 804h sur 36 semaines... c’est illégal ! Oui les élèves ne viennent que 36 semaines ; ces personnes auront donc 3 semaines "cadeau"... et alors ? Cadeau à 700€ par mois, tu parles d’un cadeau ! Et les réunions diverses et variées ? Les ESS, les sorties scolaires, le travail de formation personnelle, de recherche de techniques et de préparation de l'accompagnement qui sont faits à la maison, sur le temps de repos des AESH, faute à l'employeur de ne pas proposer de formations professionnelles sérieuses, personnalisées en fonction du handicap de l'élève ? .....

Pour éviter cette situation, l’Éducation nationale (plutôt le gouvernement) pourrait très bien faire le choix de les embaucher sous le statut de fonctionnaires, au lieu de profiter d'elles et d'eux, les AESH, avec des contrats précaires à temps partiel imposé dont la seule finalité est l’économie de moyens...

••  Sources Sud éducation Grenoble >>>


COURRIERS À ENVOYER À VOTRE EMPLOYEUR

courrier période de travail

                                                            Courrier période de travail

courrier horaires de travail

                                                            Courrier horaires de travail

Primes, indemnités, heures supplémentaires aux enseignants du 1er degré !

Nature des indemnités

Taux au 1er sept 2010

(en euros)

Indemnité de sujétions spéciales aux directeurs d'école maternelle et élémentaire, aux maîtres directeurs 

article spécifique ici
Indemnité spéciale aux instituteurs et PE affectés dans les EREA et les ERPD, les SEGPA, aux directeurs adjoints de SEGPA et aux instituteurs et professeurs des écoles affectés au CNED, en fonctions dans les UPI et les classes relais (indemnité mensualisée)
 
1 558,68€/an
Indemnité de fonctions particulières à certains professeurs des écoles
834,12€/an
. moins de 10 km
. de 10 à 19 km
. de 20 km à 29 km
 
 
15,2€
19,78€
24,37€
Heures supplémentaires pour un service d'enseignement :
Instituteur spécialisé
Instituteur
PE classe normale
PE hors classe
Heures de surveillance :
Instituteur spécialisé
Instituteur
PE classe normale
PE hors classe
Heures d'étude surveillée
Instituteur spécialisé
Instituteur
PE classe normale
PE hors classe
 
21,61€
21,61€
24,28€
26,71€
 
10,37€
10,37€
11,66€
12,82€
 
19,45€
19,45€
21,86€
24,04€

Indemnité conseiller pédagogique 1er degré

1000€

Conseiller pédagogique départemental EPS

2500€

Indemnité de suivi et d'accompagnement des élèves (ISAE) depuis 2013 grâce à l'action du SE-Unsa

400€

 

 •• Sources >>>


Durée du temps de travail dans la fonction publique de l'État (FPE), hors enseignants

•• Voir ici >>>


TRAVAIL DISSIMULÉ

Article L8221-5

Est réputé travail dissimulé par dissimulation d'emploi salarié le fait pour tout employeur :

1° Soit de se soustraire intentionnellement à l'accomplissement de la formalité prévue à l'article L. 1221-10, relatif à la déclaration préalable à l'embauche ;

2° Soit de se soustraire intentionnellement à la délivrance d'un bulletin de paie ou d'un document équivalent défini par voie réglementaire, ou de mentionner sur le bulletin de paie ou le document équivalent un nombre d'heures de travail inférieur à celui réellement accompli, si cette mention ne résulte pas d'une convention ou d'un accord collectif d'aménagement du temps de travail conclu en application du titre II du livre Ier de la troisième partie ;

3° Soit de se soustraire intentionnellement aux déclarations relatives aux salaires ou aux cotisations sociales assises sur ceux-ci auprès des organismes de recouvrement des contributions et cotisations sociales ou de l'administration fiscale en vertu des dispositions légales.

•• Sources  >>>





28/02/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 630 autres membres